Preaload Image

Le robot chirurgien : l’assistant de demain ?

le robot chirurgien

Le robot chirurgien augmente le potentiel du chirurgien avec une précision et une répétabilité surhumaines. La chirurgie robotique permet également aux hôpitaux de réduire les coûts, à réduire les déchets et à améliorer les soins aux patients. Innov Robotics vous présente les assistants d’aujourd’hui et de demain.

Le robot chirurgien augmente les compétences du chirurgien ou du technicien et permet ainsi un meilleur confort, une plus grande précision et une moindre fatigue du chirurgien. Le patient est lui aussi gagnant :  moindre douleur post-opératoire, réduction des risques d’infection et rétablissement plus rapide… La robotique est une interface d’action du chirurgien sur le patient qui transforme les services de la médecine à travers le monde. Innov Robotics vous présente ici les robots médicaux les plus utilisés.

 

Le robot chirurgien : Da Vinci

Il s’agit probablement du robot médical le plus connu. Il est fabriqué par Intuitive Surgical et il a été utilisé pour la première fois dans des hôpitaux en 2000. Le système chirurgical assisté par robot téléopéré a été utilisé avec succès sur des millions de patients. Il est aujourd’hui devenu une référence mondiale. Les indications d’utilisation incluent les procédures thoracoscopiques, cardiaques, urologiques et gynécologiques minimalement invasives.

 

Le robot chirurgien : Rosa

Rosa est un robot chirurgien développé par le français Medtech. Fondée en 2002 par Bertin Nahum à Montpellier, Medtech est une startup spécialisée dans la robotique médicale. Elle s’est notamment distinguée en 2007 par la conception du robot chirurgical Rosa et de ses déclinaisons pour certaines interventions très pointues, comme Rosa Brain (en 2010) pour le cerveau et Rosa Spine (en 2014) pour la colonne vertébrale. L’intérêt d’un robot comme Rosa, outre le fait qu’il est le prolongement amélioré du bras du chirurgien, est qu’il favorise l’intervention mini-invasive. Il s’agit d’une technique qui permet de réduire les incisions nécessaires pour accéder aux organes du corps humain. Il s’agit d’une approche qui participe à une meilleure convalescence du patient tout en limitant les risques collatéraux.

 

Le robot chirurgien : Cyberknife

Ce robot Américain développé par KUKA est optimisé pour faciliter le traitement de tumeurs. Cyberknife permet d’irradier des tumeurs en mouvement comme celles du foie, du poumon, de la prostate… Grâce à un suivi permanent de la cible, ce robot chirurgien permet protéger les tissus avoisinants tout en délivrant des doses très élevées. Autre avantage, le ­patient a moins de contraintes : il n’a pas à supporter le port d’un casque stéréotaxique pour ses lésions ­cérébrales, ni aucune autre fixation, et il peut respirer librement durant toute la séance d’irradiation.

 

Le robot chirurgien : STAR

STAR (Smart Tissue Autonomous robot) se compose d’outils de suture ainsi que d’imagerie fluorescente 3D, de détection de force et de positionnement submillimétrique. Avec tous ces composants, les auteurs ont pu utiliser STAR pour la chirurgie des tissus mous – une tâche difficile pour un robot étant donné la déformation des tissus et la mobilité. Les chirurgiens ont testé STAR pour la laparoscopie et l’anastomose intestinale porcine. Ils ont constaté que la chirurgie autonome supervisée offerte par le système STAR était supérieure aux méthodes traditionnelles.

 

“L’objectif n’est pas de remplacer les chirurgiens mais de leur donner des outils comme Star, qui en rendant la procédure plus intelligente, peut garantir de meilleurs résultats pour les patients”, a souligné le Dr Peter Kim, un professeur de chirurgie à la faculté de médecine de l’université George Washington lors d’une conférence de presse téléphonique. Il est l’un des co-concepteurs de ce système. “C’est un peu comme le régulateur de vitesse d’une voiture ou des systèmes autonomes arrêtant le véhicule devant un obstacle : ils permettent de réduire le nombre d’accidents et de morts”, a-t-il dit. “C’est la même logique qui s’applique dans la technologie robotique chirurgicale”.

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/e-sante/chirurgie-le-robot-peut-il-surpasser-la-dexterite-du-chirurgien_101588

 

Le robot chirurgien : ARTAS

Il s’agit d’un bras de robot industriel du fabricant suisse Stäubli développé en 2006 pour faire des greffes de cheveux. Le robot chirurgien ARTAS prend juste un seul follicule pileux à la fois, de sorte que vous avez seulement de très petites croûtes sur le dos de votre tête. Il n’y a pas de cicatrices et votre temps de récupération va de quelques mois à quelques jours. La répétabilité d’un robot ne peut pas être battue. Ceci est crucial lorsque vous travaillez avec une précision submillimétrique, en extrayant des milliers de follicules pileux simples l’un après l’autre.
Ce robot de greffe de cheveux a ouvert la porte à Stäubli pour d’autres applications médicales. L’un d’eux est pour la chirurgie de la cataracte.

 

Le robot chirurgien : VERSIUS

Ce robot chirurgien est la grande nouveauté de cette année. Il a été mis au point par des chercheurs Britanniques.  Il s’agit du plus petit robot chirurgien assistant jamais conçu. En effet, son ergonomie lui permet de réaliser des incisions de très petites tailles et des opérations beaucoup plus rapidement qu’un chirurgien sans assistance.
Versius est un robot chirurgien  miniature contrôlé  par un chirurgien bien humain également présent dans la salle d’opération, et ce, via une console équipée d’un écran 3D. L’avantage principal de ce robot est incarné par la possibilité d’effectuer des incisions de très petite taille. Les chercheurs estiment qu’il s’agit là d’un moyen de limiter les potentielles complications, mais également de réduire le temps consacré au processus de guérison. Autre avantage de poids : la capacité du robot à détecter la résistance. En effet, Versius peut adapter sa force lorsque celui-ci agit sur un malade, et ce, sans intervention du médecin.

 

Et des robots infirmiers !

Des robots mobiles autonomes sont désormais conçus pour transporter les tonnes de marchandises et de fournitures qui font fonctionner un hôpital ou encore faire un lien entre le patient et son médecin à distance : le TUG fabriqué par Aethon Inc., le robot Vecna, le robot Jazz, le robot HOSPI-R de Panasonic et bien d’autres. Et ce n’est qu’un début car outre-Atlantique se développe le deep learning et le big data pour la prise de décision des médecins.

En savoir +

TÉLÉCHARGER
LE PROGRAMME

DES FORMATIONS

MERCI

 

Nous vous remercions de l'intérêt que vous nous portez.

 

Vous allez bientôt recevoir un e-mail pour confirmer votre souhait de télécharger notre catalogue.